• Arkz

    Arkz

    Et voici, chers vendinautes, l’article sur Arkz ! Les héros ont eu droit à leur propre moment de gloire, il n’y a pas de raison que ce ne soit pas le cas pour leur némésis !

     

    Car cela aussi, il faut que vous le sachiez également, Arkz n’a pas toujours été le stratège machiavélique sociopathe émotionnellement instable que vous avez découvert lors de la lecture des Protecteurs de Safirel. Non… Avant, il y a eu Arx Fatalis, et toutes ses évolutions. Pour apprécier cet article, je vous conseille de lire d’abord celui réalisé sur les Protecteurs de Safirel. Vous situerez mieux ce que je vais dire. Et allez, c’est parti ! Exactement comme pour l’article précédent, je vais séparer celui-ci en plusieurs sous-parties, dans un ordre chronologique.

     

     

    Sommaire 

    I- Le comte Arx Fatalis

    II- La réincarnation de l'obsession

    III- Arx rebooté

    IV- Arkz le stratège

    V- Les différentes versions du comte

      


     

    I- LE COMTE ARX FATALIS 

     

    Le tout premier Arx Fatalis affronte les tous premiers Protecteurs de Tamriel lors du one-shot qui deviendra finalement le premier épisode de la première saison de la première série de la première version des PdT. Vous avez suivi ? Bon, parce que moi pas. Fatalis était très pompeux, assez résistant, mais ni impressionnant ni machiavélique, ce qui en faisait un méchant de base pour un film d’action. Et en fin de compte, il s’est fait abattre relativement facilement par l’ensemble des héros.

     

    Le truc auquel je ne m’attendais pas, c’est qu’on m’a demandé une suite. Je me devais par conséquent inventer un méchant plus durable, qui ferait office de némésis increvable. L’idée de prendre l’un des héros et de le transformer en vilain m’a alors traversé l’esprit, et je me suis dit “pourquoi pas ?”. J’ai donc porté mon dévolu sur Thomas, je l’ai fait rendre fou par le masque de Fatalis et ainsi endosser le rôle. Il devient dès lors le comte Arx Fatalis, un ambitieux génie du mal dédié à conquérir le monde [insérer rire diabolique et surjoué].

     

    À sa décharge, le personnage a énormément souffert de mes propres influences geeks. Il est très largement inspiré du Docteur Fatalis, le pire ennemi des Quatre Fantastiques. Son nom est une référence à Arx Fatalis, un jeu de RPG. Ouais, voyez comme c’est facile, après, de le rendre crédible…

     

    Le masque modifie sérieusement l’apparence physique de Thomas, rendant sa peau et ses cheveux partiellement couverts d’argent, ses yeux sont dépareillés (un rouge, l’autre or). Ses pouvoirs sont la plupart du temps instable. Bien qu’il sache se battre à l’épée, il est surtout fana du lancer d’éclairs. Bref, revenons à l’histoire.

     

    Le comte Arx Fatalis fait la “rencontre” des héros, les affronte, s’enfuit, pactise avec les démons, est rattrapé, manque de tuer les héros mais se fait vaporiser à la dernière minute. Et c’est là que j’ai trouvé le plan le plus STUPIDE pour faire revenir un personnage d’entre les morts. Ce qui va suivre est véridique et 100% original (et 200% ridicule)… La raison pour laquelle le premier Arx a succombé, c’est qu’il considérait son statut de méchant comme une malédiction. À l’inverse, le second Arx juge ce statut comme une bénédiction… Ce qui fait que les puissances qui ont créé le masque lui permettent de tromper la mort autant de fois qu’il le désire, pourvu qu’il répande le chaos et la destruction.

     

    Grâce à ce sordide trou dans le scénario, le comte Arx Fatalis trépasse à la fin de chaque épisode et ressuscite au début du suivant. Et c’est à peu près la formule typique de chaque saison :

    • Arx trouve une arme/un sortilège qui l’aidera à dominer le monde
    • Les Protecteurs de Tamriel se mettent en route pour déjouer son plan
    • Les héros rencontrent l’agent principal du comte, Lumiya/Valéria/Vendini, et le mettent en fuite
    • Les héros rencontrent un monstre qui sert de relief comique
    • Les héros découvrent le repaire d’Arx et affrontent une seconde fois son agent principal en le mettant définitivement hors-circuit
    • Les héros affrontent Arx qui déchaîne la toute-puissance de sa nouvelle arme/son nouveau sortilège. Ils le vainquent de manière spectaculaire et kitsch, et ils célèbrent leur succès.

     

    Heureusement, je dirais même fort heureusement, le caractère comique de comte s’éteint petit à petit pour laisser place à un individu plus froid et calculateur :

    • Dans la série 1, Arx débute dans son rôle de grand vilain. Il est plutôt facile de le berner, il est trop confiant et prétentieux, laissant surtout ses sbires faire le travail. Il démontre néanmoins beaucoup de compassion et s’attendrit aisément, notamment quand il prend sous son aile une jeune clocharde amnésique du nom de Valéria, et en fait son bras droit. Cette miséricorde le pousse finalement à chercher la rédemption à la fin de la dernière saison et à s’allier aux héros pour vaincre le grand méchant.
    • Dans la série 2, Arx est bien plus silencieux. Il complote dans l’ombre et tire les ficelles d’un grand nombre de pantins, dont Vendini. La mort de Valéria le renferme encore plus sur lui-même. Les pouvoirs de son masque le corrompent à un point tel qu’il commence à en mourir, faisant désormais de lui un méchant qui accomplit ses actes répréhensibles dans le seul but de survivre. Dans la version la plus extrême d’une saison annulée, il cherche carrément à tuer Odhran pour récupérer temporairement ses forces. Cependant, son rôle ayant finalement été remanié, il ne fait que de courtes apparitions, et fait une démonstration de pouvoirs très étendus à la toute fin de la saison, bien qu’il soit vaincu et semble-t-il définitivement tué par un mal encore plus grand.
    • Dans la série 3, Arx fait une courte apparition dans la première saison, se faisant définitivement tuer à la fin de celle-ci, cédant ainsi sa place d’antagoniste à Kerek. Il ne reparaîtra que lors de la cinquième, sous la forme d’un pirate intergalactique opportuniste et pragmatique. Dans la saison finale, on apprend que Kerek et lui ne sont en fait qu’une seule et même entité qui a été splittée. L’Arx mort était la partie de sa personnalité fière et repentante, tandis que Kerek est son penchant psychopathe et cruel. L’absence, donc, de la partie miséricordieuse, lors de la réunion de toutes les personnalités, rend le comte exclusivement malveillant. Il sera définitivement détruit grâce à Valéria (qui a aussi une sale tendance à ne pas crever).

     

    > Retour au sommaire <

     

     

    II- LA RÉINCARNATION DE L’OBSESSION

     

    La rédaction des Nouveaux Protecteurs de Tamriel ne pouvait légitimement pas inclure à nouveau Fatalis en tant que grand méchant. Quarante ans s’étaient écoulés depuis son anéantissement, je me suis donc dit que si en quarante ans, il n’avait pas tenté de revenir, c’était qu’il ne le pouvait pas. Je désirais néanmoins que son ombre plane sur l’intrigue, et notamment sur Mickaël.

     

    L’idée de créer un artefact qui lui aurait appartenu me traversa alors l’esprit (j’ai déjà utilisé cette formulation plus haut, non ? Connexion mentale !). Ce n’était pas bête, en fait. Arx devait être tant effrayé par la mort qu’il était prêt à tout pour laisser une part de lui dans le monde des vivants… Enfin, prêt à tout en-dehors de modifier le scénario à sa convenance. Le sceptre maléfique naquit ainsi de cette recherche intellectuello-imaginative.

     

    Dans la première saison des NPdT, Khaoss est le vilain qui occupe la citadelle de Dreadstadt, l’ancien QG du comte, et qui possède son sceptre. Il a ses ordres une jeune gardienne, Azkha Vindi. Les NPdT arrivent, lui mettent le souk, il tente des les éliminer, et “par mégarde dans un fichu monologue de méchant”, il leur révèle qu’il travaille pour les Titans. Lisez l’article sur les Protecteurs de Safirel, c’est mieux expliqué.

     

    Arx Fatalis fait un retour physique dans la saison 2. Il apparaît en tant qu’hallucination aux yeux de Mickaël. Son apparence a beaucoup changé. Il arbore désormais une tunique violette à capuchon qui couvre intégralement son visage. Arx n’intervient essentiellement que pour se moquer de son ancien adversaire, mais il s’agit en fait uniquement d’un fragment de l’esprit du vieil homme.

     

    La saga des NPdT fait surtout état de l’héritage du comte. Azkha Vindi et ses sœurs, notamment : Azkha, l’assassin, Ofidia, la leader, Bella, la guerrière, et Zalma, la magicienne. Elles sont en fait toutes des “descendantes” de Valéria, à savoir des doubles de Valéria conçus et pervertis par la magie noire. J’aimais bien cette idée, car ça donnait une dimension plus sombre encore à l’ex-comte.

     

    Arx Fatalis reparaît finalement dans les NPdT, sous la forme de Falsus Impera, ancien membre de l’équipe devenu politicien. Toutefois, cette apparence est en fait une réincarnation de l’obsession du comte de toujours amasser plus de pouvoir. Falsus Impera est une sorte d’enveloppe charnelle pour contenir la force de Fatalis. Il est incapable de manifester la moindre sorcellerie et il doit régulièrement la renouveler pour ne pas se disperser à tout jamais dans les flux de magie. Néanmoins, comme je n’ai jamais étendu cette version-là, je m’en tiendrai à ça.

     

    > Retour au sommaire < 

     

     

    III- ARX REBOOTÉ

     

    Il était plus qu’évident que le reboot des Protecteurs de Tamriel ne pouvait entraîner que le retour d’Arx Fatalis. Toujours grandiloquent mais bien plus redoutable, il fait preuve d’une remarquable ingéniosité quant à manipuler les héros. Au départ, il devait être également issu du même monde qu’eux, mais, arrivé bien plus tôt, il avait eu le temps de s’établir en tant que comte de Dreadstadt.

     

    Il ne revient dans la saga qu’au milieu du quatrième tome, dans lequel il se révèle être en fait nul autre que le Prince des Ténèbres, qui tirait les ficelles depuis le début. Et c’est là que sa personnalité a changé du tout au tout. Désormais avare en mots, son identité change même carrément jusqu’à être établie dans le monde fantastique et non plus comme étant un “jeune catapulté comme par magie” (Dieu que je hais cette formulation). L’origine de son masque est également donnée : c’est un artefact faisant partie de “l’armure des Titans”, portée par le Champion des Titans, censé les libérer de leur prison multimillénaire. Arx Fatalis devient connu sous le nom de Darkafelt, une sorte de “héraut de la libération” et s’est transformé en vrai chef de guerre, certes incapable de gouverner un pays, mais parfaitement en mesure de coordonner une campagne militaire de grande envergure.

     

    C’est à partir de cet instant que l’ancien Arx Fatalis a cessé d’exister, pour évoluer en redoutable Prince des Ténèbres, personnalité qui sera désormais prédominante dans le personnage. Il se transforme également en quelqu’un de plus sophistiqué et moins superficiel. Il est très littéraire et est convaincu que l’étude d’une civilisation donne un avantage tactique lors d’une bataille. Il ne prend même plus réellement la peine de s’opposer physiquement aux héros, et n’intervient dans un combat qu’en cas d’extrême nécessité ou pour créer une diversion.

     

    Enfin, cet Arx-là développe un certain mépris envers sa propre chair. Il considère la destruction de son corps comme un événement inévitable et quasiment nécessaire à l’achèvement de son plan, ce qui le rend d’autant plus dangereux que déterminé.

     

    Dans le quatrième tome, Arx Fatalis attaque à nouveau le pays en utilisant son armée des ombres. Il ne peut survivre à la lumière du jour, d’où la raison de ses assauts exclusivement nocturnes. Il remporte tous les affrontements face aux héros, et les seules victoires qu’il leur concède sont en fait résolument prévues et calculées.

     

    Dans le cinquième tome, des flash-backs en révèlent plus sur le passé du Prince des Ténèbres, notamment sur ce qu’il considère comme sa défaite la plus humiliante, et permettent de faire un grand pas en avant en ce qui concerne sa psychologie. Durant l’intrigue principale, il est même implicitement énoncé qu’il n’agirait non pas au nom des Titans, mais pour le compte d’une entité bien plus ancienne encore. Dans ce tome, il recherche une machine de guerre fabuleuse, le Typhon, qui lui permettrait de retrouver les Titans.

     

    Dans le sixième et dernier tome, jamais rédigé mais tout décidé, Arx Fatalis parvenait à mettre la main sur le Typhon et à trouver l’endroit dans lequel se dresse la porte qui mène à la prison des Titans. Il aurait été confronté à plusieurs reprises par les PdT, remportant chaque affrontement haut-la-main. Le dernier combat se serait déroulé au seuil de la fameuse porte. Mickaël lui couperait le masque en deux, le privant ainsi de la totalité de ses pouvoirs, et il serait tombé dans la prison lui-même, non sans infliger un coup dur aux héros.

     

    > Retour au sommaire < 

     

     

    IV- ARKZ LE STRATÈGE

     

    Et voilà comment nous en sommes arrivés à Arkz (j’ai une impression de déjà-lu).  Dans Les Protecteurs de Safirel, Arkz apparaît au début comme un conspirateur néanmoins animé de bonnes intentions : il veut empêcher le Premier Ministre d’accéder au trône et d’exercer ce qui lui paraît être une régence despotique. Ce en quoi il n’a pas fondamentalement tort.

     

    Mais bien sûr, il s’agit seulement d’un prétexte. Arkz ne se soucie absolument pas de politique. Il veut juste éradiquer les Elfes du monde, d’une part, et de l’autre, créer un passage entre Safirel et le monde des ombres pour permettre à son maître, le Prince des Ténèbres, de prendre le pouvoir.

     

    Vous remarquerez d’ailleurs que cette dernière version possède un sceptre également. Le “sceptre de Crios”, comme il se nomme, dispose de quelques pouvoirs, entre autres celui de passer du monde de la lumière au monde de l’ombre. C’est un présent honorifique du Prince au Comte, faisant de lui son serviteur et héraut.

     

    Il reste enfin à aborder les pouvoirs du comte. Arkz fait déjà preuve d’une très grande habileté au combat sans eux. Le masque lui octroie des pouvoirs électro-magnétiques, qui lui permettent d’utiliser ses sabres au combat avec une aisance remarquable. En-dehors de ces capacités, Arkz possède l’étrange faculté d’aspirer l’énergie vitale des êtres vivants qu’il touche. Officiellement, aucune explication n’est donnée, mais officieusement, donc officiellement dans quelques mots, il s’agit en fait d’une aptitude liée à sa race. Les Elfes Noirs sont méprisés dans le monde car leur proximité physique rend la magie inactive. Arkz, étant l’un des rares Elfes Noirs à avoir atteint l’âge adulte, a involontairement amplifié cette capacité, faisant de lui un véritable aspirateur à magie.

     

    > Retour au sommaire <

     

     

    V- LES DIFFÉRENTES VERSIONS DU COMTE

     

    Et exactement comme pour l’article précédent, je vais clore cet article en listant les différentes versions d’Arkz et en vous affichant quelques illustrations. Et, en petit bonus, le thème que j'ai composé moi-même pour lui. Voilà, j’espère que vous avez appris et découvert plein de choses, alors, à la prochaine, vendinautes :

    • Arx Fatalis : le tout premier Arx Fatalis. Il apparaît deux fois. La première, c’est quand il se fait vaincre par les Protecteurs de Tamriel fraîchement arrivés. La deuxième, c’est lors d’un flash-back sur Valéria.
    •  Comte Arx Fatalis : le deuxième Arx Fatalis, qui s’auto-proclame comte de Dreadstadt. Couard volontiers fanfaron, il aboie beaucoup mais mord rarement, et fait régulièrement appel à la magie pour se sortir des situations difficiles.
    •  Vendinarx : lorsque Vendini assume temporairement le titre de comte Arx Fatalis, il devient l’entité surnommée Vendinarx. Bien qu’il ne porte le masque que très brièvement, il s’avère être bien plus meurtrier que son homologue plus expérimenté. Il parvient à tuer deux héros en un seul coup et à infliger un sévère revers à ses ennemis.
    •  Empereur Fatalis : parce qu’il a finalement eu accès au pouvoir qu’il désirait tant, Fatalis a eu le temps de développer ses pouvoirs au maximum. Quand il affronte les héros pour la dernière fois, il est virtuellement invincible et démontre une maîtrise impressionnante de son contrôle magnétique.
    •  Fatalis SF : quand Fatalis est expédié dans le monde de science-fiction en même temps que les Protecteurs, son corps est séparé en trois personnages différents :
      •  Amiral Fatalis : le commandant de la flotte des méchants (pour faire simple). L’Amiral fait preuve d’une grande arrogance et d’une compassion plus importantes qu’auparavant.
      •  Kerek : Kerek est l’incarnation la plus pure de la haine du comte. Psychopathe, meurtrier de masse, assassin sans remords, il cherche à éliminer ses autres incarnations et n’hésite pas un instant à tenter de remonter le temps pour prendre sa revanche définitive sur ceux qui l’ont déjoué tant de fois par le passé.
      •  Arx le pirate : la dernière partie d’Arx se dédie à se faire de l’argent et à récupérer l’honneur qu’il a perdu. Il ne recherche pas nécessairement la destruction de ses ennemis, et parvient à mettre la plupart des situations à profit.
    •  Fantôme Arx : une hallucination qui apparaît trop souvent à Mickaël, puis à Ravena. Bien qu’il ne soit pas sous sa forme tangible, il demeure tout de même capable de mener les héros sur les chemins qu’il désire.
    •  Falsus Impera/Arx réincarné : Arx sous sa forme tangible. Son corps a été détruit mais son esprit a trouvé un moyen de subsister. Il lui a fallu des années avant de parvenir à se créer une enveloppe corporelle, bien que celle-ci soit particulièrement instable.
    •  Arx reboot/le Prince des Ténèbres : Arx Fatalis dans l’une de ses versions les plus sombres, et qui servira de brouillon à Arkz.
    •  Arkz le Darkafelt : Arkz est la version actuelle et la plus à jour du comte déchu. Plus modéré et plus calme que ses versions précédentes, il n’en est pas moins diabolique. Son nom a dû être modifié pour des raisons évidentes de copyright, mais je suis satisfait du résultat !
    •  Edit du 03/12/2013 : le nom complet d'Arkz est désormais Arkz Ubris. Il me fallait un nom de famille aussi court et agressif que le prénom, et je trouve que ça sonne pas trop mal.

     

    > Retour au sommaire <

     

     

     

    Arkz   Arkz

    Arkz

     

     

    RETOUR AU SOMMAIRE

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :